Pour sa nouvelle exposition à la galerie de Paris, Lionel Estève utilise de la ferraille, des perles en plastique, des paillettes, du plexiglas, du sable ou même du verre, comme couches de sédiments enfouis ou empreintes de différentes époques pour créer des «paysages chimiques». Cet automne, l’artiste participe également à une exposition collective au Centre Pompidou.