SOLAR WIND

paris

Semapa Paris Rive Gauche / Ciments Calcia - Paris plan

SOLAR WIND

From 25/01/2016 -  Permanent installation

Laurent Grasso’s SolarWind is a monumental, permanent artwork poetically transcribing cosmic flows by means of light projected onto the walls of the Calcia silos bordering Paris’s 13th district. Opening on 25 January 2016 In a zone undergoing...

plus d'infos en cours communiqué de presse

Born in 1972 in Mulhouse, France
Lives and works beetween Paris, France and New York, USA

Laurent GRASSO

solo shows

2017
- Elysée, Galerie Perrotin, Paris, France

2016
- SolarWind, public commission,13rd district, Paris , France
- Elysée, Edouard Malingue Gallery, Hong Kong, China
- Laurent Grasso, Galerie Perrotin, Seoul, South Korea
- PARAMUSEUM, Palais Fesch, Musée des Beaux-Arts, Ajaccio, France

2015
- Soleil Noir, Fondation Hermès, Tokyo, Japan

2014
- Laurent Grasso : Soleil Double, Sean Kelly Gallery, New York, New York
- Laurent Grasso : Soleil Double, Galerie Perrotin, Paris, France

2013
- Laurent Grasso: Disasters and Miracles, Kunsthaus Baselland, Basel, Switzerland
- Uraniborg, Musée d’Art Contemporain, Montréal, Canada [catalogue]
- On Air, Trois Gallery, SCAD, Atlanta, Georgia
- Laurent Grasso, Nani Bernardo Luscheschi, Venice, Italy

2012
- Uraniborg, Musée du Jeu de Paume, Paris, France [catalogue]
- Future Archeology, Edouard Malingue Gallery, Hong Kong [catalogue]

2011
- Laurent Grasso : Portrait of a Young Man, Bass Museum, Miami, Florida
- Laurent Grasso, The Black Box Theatre of the Hirshhorn Museum, Washington, D.C.
Nomiya, Palais de Tokyo, Paris, France
- 1610, Alfonso Artiaco Project Space, Napoli, Italy

2010
- The Birds, Saint Louis Art Museum, Saint Louis, Missouri
- SoundFossil, Sean Kelly Gallery, New York, New York
- The Silent Movie, Galerie chez Valentin, Paris, France
- Nomiya, Palais de Tokyo, Paris, France

2009
- Reflections Belong to the Past, Kunstverein Arnsberg, Arnsberg, Germany
- The Horn Perspective, Espace 315, Centre Georges Pompidou, Paris, France
- NOMIYA, Palais de Tokyo, Paris, France
- GAKONA, Palais de Tokyo, Paris, France
- artLA, Barkar Hanger, Stand Galerie chez Valentin, Santa Monica, California

2008
- Laurent Grasso, Prefix, Institute of contemporary Art, Toronto, Canada
- Infinite light, Bridge of the Hunter College Art Galleries, New York, New York
- Neurocinéma, Musée de Rochechouart, Rochechouart, France
- TimeDust, Galerie Chez Valentin, Paris, France
- Lʼatelier dʼhiver de Laurent Grasso , Domaine Pommery, Reims, France
- Neurocinéma, Akbank Sanat, Istanbul, Turkey

2007
- Electric Palace, Studio 814, New York, New York
- Lost, Ateliers des Arques, Les Arques, France
- Magnetic palace, IAC, Villeurbanne, France

2006
- Du soleil dans la nuit, Nuit Blanche, Paris, France

2005
- Lʼ éclipse, MIT List, Visual Art Center, Cambridge, Massachusetts
- 28°” en collaboration avec Philippe Rahm, Ecole des Beaux-Arts, Valenciennes, France
- Paracinéma, Espace Paul Ricard, Paris, France
- Paracinéma, Villa Medici, Rome, Italy

2004
- Projection, Galerie Chez Valentin, Paris, France
- OK / OKAY, Swiss Institute, New York, New York
- Projection, Galerie Extraspazio, Rome, Italy
- Laurent Grasso, Galerie SMP, Marseille, France
- Radio color studio, De Appel Foundation, Amsterdam, Pays-Bas [Curatorial Training
- Program] Purkinjeʼ s tree, Irmaveplab, Châtillon-sur-Marne, France
- Radio Ghost, CREDAC, Ivry-sur-Seine, France
- Radio Ghost, Galerie du Jour Agnès b., Hong Kong, China Du
- soleil dans les yeux, Halle au poisson, Perpignan, France

2002
- Soyez les bienvenus, Centre de photographie, Lectoure, France
- Mes actrices, Café du Centre National de la Photographie, Paris, France
- Tout est possible, Galerie Chez Valentin, Paris, France

2001
- Soyez les bienvenus, Espace croisé, Roubaix, France

2000
- Soyez les bienvenus, Caisse des Dépôts et Consignations, Paris, France

group shows

Upcoming
- Group show Laurent Grasso, Espace Musée - Aéroport Charles de Gaulle - Terminal T2, Paris, France
- Météorites, Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris, France
- Into the cosmos, MAXXI - Museo Nazionale delle arti del XXI secolo, Roma, Italy
- Datumsoria: The Return of the Real, ZKM, Karlsruhe, Germany

2017
- Selected, Sean Kelly, New York, United States
- Universo Holograma, Museo la Tertulia, Cali, Colombia
- High-tension, Times Museum, Guangdong, China
- Haute tension, regards sur la scène française à travers les lauréats du prix Marcel Duchamp, Red Brick Art Museum, Beijing, China
- Explode Every Day: An Inquiry into the Phenomena of Wonder, MASS MoCA, North Adams, USA
- Alchemy: Tranformations in Gold, Des Moines Art Center, Iowa, USA
- Le Jardin des métamorphoses, Centre Pompidou-Metz, Metz, France
- Cycle Là où va le cinéma, Changement de rythme : vitesse, lenteur, répétition, screening at MK2 Beaubourg
- OHLO,Teatrino di Palazzo Grassi, Venice, Italy
- Tant de temps, Musée Soulages, Rodez, France

2016
- Le Pouvoir précieux des pierres, MAMAC - Musée d’art moderne et d’art contemporain, Nice, France
- Pompeii, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montreal, Canada
- Sublime, Centre Pompidou-Metz, Metz, France
- Artefact 2016- Up in the Air, STUCK, Leuven, Belgium
- Magic and Power. Of flying carpets and drones, Museum Marta Herford, Herford, Germany
- Nervous Systems. Quantified Life and the Social Question, Haus des Kulturen Der Welt, Berlin, Germany
- GLOBALE: Reset Modernity!, ZKM | Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe, Germany
- Explode Every Day: An Inquiry into the Phenomena of Wonder, MASS MoCA, North Adams, USA
- The Universe and Art, Mori Art Museum, Tokyo, Japan
- Shanghai Project, Shanghai Himalayas Center, Shanghai, China
- The Silence Echo, archeological site Museum of Baalbeck, Lebanon
- Human Condition, a biennal-scale exhibition in an abandoned hospital, Los Angeles, USA
- Renaissances, un hommage contemporain à Florence, Fondation Etrillard, Paris, France
- The World Without Us, HMKV | Hardware MedienKunstVerein, Dortmund, Germany
- Tant de temps!, Musée Soulages, Rodez, France

2015
- Paulin, Paulin, Paulin, Galerie Perrotin, Paris, France
- "Climats Artificiels", Espace Fondation EDF, Paris, France
- The Housebreaker (Le Cambrioleur), Riga Art Space, Riga, Latvia
- GLOBALE: Infosphere, ZKM - Center for Art and Media Karlsruhe, Karlsruhe, Germany
- Là où commence le jour, LaM - Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut, Villeneuve, France
- GLOBALE: Global Control and Censorship, ZKM - Center for Art and Media Karlsruhe, Karlsruhe, Germany
- Le secret de l'État. Surveiller, protéger, Hôtel de Soubise, Paris, France
- Explode Every Day: An Inquiry into the Phenomena of Wonder, MASS MoCA, North Adams, USA
- Bleu Brut Experience Pommery #12, Domaine Pommery, Reims, France
- As I Run and Run, Hapiness Comes Closer, Morceaux choisis d'une collection vue par - Jérôme Sans, Hôtel Beaubrun, Paris, France
- Explore, Le château de Rentilly, Rentilly, France
- Political failure, projection, sign and matter, Galerie Valentin, Paris, France
- Whorled Explorations, Kochi Biennale, Kochi, India
- Dries Van Noten - Inspirations, Modemuseum, Antwerp, Belgium
- Fondation Boghossian, Villa Empain, Belgium
- Centre de la Vieille Charité, Marseille, France
- Perth International Arts Festival, Australia Contemporary Jewish Museum, USA La Centrale, Bruxelles, Belgium

2014
- Les Oiseaux, Musée de l’Hospice Saint-Roch, Issoudun, France
- Dernières Nouvelles de l'Ether, La Panacée, Montpellier, France
- Curiosity : Art, Wonder and the Pleasures of Knowing, Royal Hibernian Academy, Dublin, Ireland ; De Appel, Amsterdam, Netherlands.
- Anatomy of Anxieties, Edouard Malingue Gallery, Hong Kong
- Trame, Triennale di Milano, Milan, Italy
- Toutes Directions : exposition Prix Marcel Duchamp, Musée Wilhelm Hack, Ludwigshafen, Germany
- A screaming comes across the sky, LABoral centro de arte, Gijón, Spain
- GIRL, Galerie Perrotin Salle de Bal, Paris, France

2013
- Pataphysics: A Theoretical Exhibition, Sean Kelly, New York, New York
- On Nature, Sean Kelly, New York, New York
- Grasso, Grimonprez, Koh : Three Installations, Sean Kelly, New York, New York
- Curiosity: Art & Pleasure of Knowing, Hayward Gallery, London – will travel to Turner
- Contemporary, Margate; Norwich Castle Museum & Art Gallery; Royal Hibernian Academy, Dublin, De Appel, Amsterdam
- A Trip to the Moon, Proyectos Monclova, Mexico City, Mexico
- Reconnaissance: exploring French territory in recent artist video and film, DIM, Cinemathèque, Vancouver, Canada
- De leur temps (4), Musée des beaux-arts, Nantes, France
- Le Pont, MAC, Musée d'Art Contemporain, Marseille, France
- Dread, fear in the age of technological acceleration, De Hallen, Haarlem, Pays-Bas
- You promised me and you said a lie to me, Anna Schwarz Gallery, Sydney, Australia Purkinje effect, Galerie 1900-2000, Paris, France
- Dynamo. Un siècle de lumière et de mouvement dans l'art. 1913-2013, Galeries nationales du Grand Palais, Paris, France
- Pensé(z) Cinéma, Abbaye Saint-André - Centre d'art contemporain, Meymac, France Idea 9, CASA, Oaxaca, Mexico

2012
- Gwangju Biennial, Gwangju, South Korea
- Oh, you mean cellphone and all that crap, Calder Foundation, New York
- Howling at the Moon, Dickinson Gallery, New York
- Neon, who's afraid of red, yellow and blue? La Maison Rouge - Fondation Antoine de
- Galbert, Paris, France
- 'Futur Antérieur': Rétrofuturisme/Steampunk/Archéomodernisme, Galerie du jour Agnès
b., Paris, France [Curator: Jean François Sanz]
- Project Daejeon 2012: Energy, Daejeon Museum of Art, Daejeon, South Korea
- Du soleil dans la nuit, Nuit Blanche 2012, Paris, France.
- In the Holocene, MIT-List Visual Arts Center, Cambridge, Massachusetts

2011
- cherries on the boat collection, Fondation Hippocrene, Paris, France
- Mémoires du futur, Olbricht Collection, La Maison Rouge, Paris, France
- French Art Today: Marcel Duchamp Prize, NMCA, National Museum of Contemporary Art, Seoul, South Korea
- French Window: Looking at contemporary Art throught the Marcel Duchamp Prize, Mori Art Museum, Tokyo, Japan
- Atmosphère, parcours autour des collections de l'Institut d'Art Contemporain, Palais Delphinal, Saint-Donat-sur-l'herbasse, France
- Dans le palais de cristal, CA'ASI, Venezia, Italy
- Views on politics and poetics, Galerie chez Valentin, Paris, France
- Le monochrome sous tension, Tornabuoni Art, Paris, France
- Paysages / Films et vidéos, Frac Basse-Normandie, Caen, France
- Paysages en mouvement, Aubette, Strasbourg, France

2001-2011
- soudain, déjà, ENSBA, Ecole Nationale supérieur des Beaux Art, Paris, France
[Curator: Guillaume Désanges]
- Le scepticisme du canapé, Art House, Moscow, Russia
- Architecture of fear, Z33, House for contemporary art, Hasselt, Belgium
- TransLife: The National Art Museum of China Triennial of Media Art, Beijing, China Small, Medium, Large, Donjon de Vez, Vez, France

2010
- Memories of the future, Samsung Museum, Seoul, South Korea
- Memories of the future, Sean Kelly Gallery, New York
- De leur temps, 10ème anniversaire du Prix Marcel Duchamp, Musée dʼArt Moderne et Contemporain, Strasbourg, France
- Workers and philosophers, Business school de Skolkovo, Moscou, Russia
- ResPublica, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne, Portugal Manifesta 8, Carthagène-Murcie, Spain
- XX International Film Forum, Arsenals, Centre culturel français, Riga, Latvia
- Satellite, Art 41 Basel, Basel, Switzerland
- Manif d'art 5, Québec City Biennial, Quebec, Canada
- Transit-Topos, Akbank Sanat Gallery, Istanbul, Turkey
- Nomos et Physis, Galerie de l’UQAM, Montréal, Canada
- Cuvée Biennale, Ok Center, Linz, Austria
- Magnetic North, Galerie Léonard & Bina Ellen Art Gallery, Montréal, Canada
- La Tête et les pieds (Projection), MAC/Val, Vitry-sur-Seine, France
- Terra Infirma, ISCP, New York, New York
- Dreamlands, Centre Georges Pompidou, Paris, France

2009
- Intersections: Mémoire, Réalité et temps nouveaux Xe Biennale de Cuenca, Cuenca,
Ecuador
- OvnividéO, Centre Georges Pompidou, Paris, France
- Chambre à part III La Réserve, Paris, France
- Projection autour des manipulations du temps, Carré d’art, Musée d’art contemporain de Nîmes, Nîmes, France
- Le Voyage improbable, Espace Louis Vuitton, Paris, France, [commissioner: Fabienne Fulcheri]
- La Notte, La Kunsthalle, Mulhouse, France, [commissioner: Lorenzo Benedetti]
- Projections Carré dʼart, Musée dʼart contemporain de Nîmes, Nîmes, France
- Lʼinvention du monde Institut ITAU Cultural, São Paulo, Brazil
- Les nuages ... là bas, les merveilleux nuages Le Portique, Le Havre, France
- Hitchhikers to the galaxy, Daejeon Museum of Art, Daejeon, Corée du Sud
- Moscow Bienniale, Moscow, Russia
- La confusion des sens, Espace Louis Vuitton, Paris, France
- Villa Aperta, Villa Medici, Rome, Italy
- Grand Opening for City Garden, Gateway Fondation, Saint Louis, Missouri
- Rien nʼa rien à voir, Galerie Chez Valentin, Paris, France
- Backyard, Kunstvereiniging Diepenheim, Diepenheim, Holland
- Paisagens Obliquas, Musée municipal de Faro, Algarve, Portugal
- De la mongoltfière au dirigeable: le pouvoir de voler, Musée Promenade Marly le
roi, Louveciennes, France
- 9th Sharjah Biennale, Sharjah, United Arab Emirates
- La Notte, La Kunsthalle Mulhouse, Mulhouse, France
- Actual Fears 2, Centre dʼart Neuchatel, Neuchatel, Switzerland

2008
- Dans la nuit, des images, Grand Palais, Paris, France
- Maternités cosmiques, Musée de Ténérife, Santa Cruz de Ténérife, Spain [curator: Arnauld Pierre]
- La vidéo, un art, une histoire 1965-2007, Musée Fabre, Montpellier, France
- Philippe Journo, un parcours autour de deux artistes de sa collection, Place Vendôme,
Paris, France
- La théorie du Komplot, Le Garage Komplot, Bruxelles, Belgium
- Le Renouveau du Temps, Maison Guerlain, Paris, France [curator: Caroline Messensee]
- Antidote 04, Galerie des Galeries, Galeries Lafayette, France [curator: Guillaume Houzé]
- Nuit Blanche, Jérusalem, France
- Landscope, Galerie Ropac, Salzburg, Austria
- to: NIGHT, contemporary representations of the night, Hunter College Art Galleries, New York, New York [curators: Joachim Pissaro, Mara Hoberman, Julia Moreno] Translation, Video works from the Public Collections of France Moscow Museum of Modern Art, Moscow, Russia
- Phantasmagoria: Specters of Absence, University of Southern California Fisher Gallery, Los Angeles, California
- Phantasmagoria: Specters of Absence, The John and Mable Ringling Museum of Art,
Sarasota, Florida [curator: José Roca]
- Collection(s), IAC, Villeurbanne, France
- Phantasmagoria: Specters of Absence, McColl Center for Visual Art, Charlotte, North
Carolina
- Propositions lumineuses 2, Galerie Alain Gutharc, Paris, France
- Les Collections du musée. Nouvelle présentation: les collections contemporaines, Centre Georges Pompidou, Paris, France

2007
- Fiction vs Réalité, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne, Portugal [curator: Christine Van Assche]
- In Parallelen Welten, Museum für Gegenwartskunst Siegen, Siegen, Allemagne
[curator: Eva Schmidt]
- Nuevos Horizontes / New Horizons, MARCO, Museo de Arte Contemporanea de Vigo,
Vigo, Spain, [curator: Hilde Terrlinck]
- Les roses de Jéricho, Attitudes, Genève, Switzerland [curator: Claire Le Restif]
- Rooms, conversation, Le Plateau, FRAC Ile de France, Paris, France
- Come and go: fiction and reality, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbon, Portugal
- Décentralisation..., Espace MICA, Rennes, France
- Intrusions, Collection du FMAC Le Petit Palais, Paris, France
- Biennale de Lyon, Musée dʼart contemporain, Lyon, France
- Le jour et la nuit, Frac île de France, Paris, France
- Territoires de lʼimage, Studio National des Arts Contemporains, Le Fresnoy, France
- Phantasmagoria: Specters of Absence, The Contemporary Museum, Honolulu, Hawaii
- Weather Report, Centro Altantico de Arte Moderno S.A., Las Palmas de Gran Canaria,
- Spain 2007 Lost, Ateliers des Arques, Les Arques, France
- Dialogues Méditerranéens, Citadelle de Saint Tropez, Saint Tropez, France
- Mystic truths, Auckland Art Gallery, Auckland, New Zealand
- Monumenta, Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, France
- Choix dʼartistes, Institut néerlandais, Paris, France
- Luce di Pietra, Palais Farnèse, Rome, Italy
- Nouveaux Horizons, La Centrale Electrique - European Center for Contemporary Art,
Brussels, Belgium
- Les roses de Jericho, Attitudes, Geneva, Switzerland
- Phantasmagoria: Specters of Absence, Banco de la Républica - Luis Angel Arango Library, Bogota, Colombia

2006
- Sudden Impact, Le Plateau - Frac Ile-de-France, Paris, France
- Coup de coeur IV: Nouveaux Horizons, CRAC Alsace, Altkirch, France
- Building the World, Museo de Arte Contemporaneo de Monterrey, Monterrey, Mexico
- Antidote 02, Galerie des Galeries, Galeries Lafayette, Paris, France
- A tale of two cities, Biennale de Busan, Busan, Korea
- Distorsions, IAC, FRAC Rhônes-Alpes/ Nouveau Musée, Villeurbanne, France
- From There, Bloomberg SPACE, London, Great Britain
- Panorama 7, Le Fresnoy, Tourcoing, France
- Assemblage III, Museum 52, London, Great Britain
- Lauréats du prix Altadis, Galerie Max Estrella, Madrid, Spain
- Réinventer le visible, Kunsthalle Erfurt, Erfurt, Germany
- Entre la realidade e ficçäo, La Pinacoteca do estado, São Paulo, Brazil
- Satellite of love, Witte de With, Rotterdam, Pays-Bas, The Netherlands
- Notre histoire, Palais de Tokyo, Paris, France
- Prix Altadis 2005-2006, Galerie Lelong, Paris, France
- "L’éclipse", MIT List, Visual Art Center, Cambridge, Massachusetts

2005
- OK/ OKAY, Grey Art Gallery & Swiss institute, New York, New York
- Vidéo Fresnoy, productions // Projections, Jeu de Paume, Paris, France
- Invisible script, W139, Amsterdam, Pays-Bas, The Netherlands
- Quasi niente, Extraspazio, Rome, Italy
- Ca ne se représentera plus, Ecole des Beaux-Arts de Rennes, Rennes, France
- Radio days, De Appel Foundation, Amsterdam, Pays-Bas, The Netherlands
- Voix off, CRAC Languedoc Roussillon, Sète, France
- Artimage, Graz, Graz, Austria

2004
- Je mʼinstalle aux abattoirs, la collection dʼart contemporain dʼAgnès b., Les Abattoirs,
Toulouse, France
- Busan Biennale, Busan, Korea
- Parcours Saint-Germain, Boutique Agnès b., Paris, France
- Glassbox, Paris, France
- f. 2004@shanghai, La Fabrique, Shanghai, China
- 57e festival international du film, Locarno, Italy
- Swiss American Film Festival, Swiss Institute, New York, New York
- Galerie Agnès b., Tokyo, Japan
- Vidéo Club, Palais de Tokyo, Paris, France
- Le temps manquant, Nuit blanche, cinéma l'Entrepot, Paris, France

public collection

- Centre Pompidou, Musée National d’art Moderne, Paris, France
- FRAC Île-de-France, Paris, France
- FRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Marseille, France
- FRAC Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque, France
- Fonds National d’Art Contemporain, Paris, France
- Instuitut d’Art Contemporain, Villeurbanne, France
- La Kunsthalle, Centre d’art contemporain La Fonderie, Mulhouse, France
- Maison Européenne de la Photographie, Paris, France
- TEA, Tenerife Espacio de Las Artes, Ténérife, Les Canaries, Spain
- Galleria civica d’Arte Moderna e contemporanea, Turin, Italy
- Musée d’art contemporain de Montréal, Montreal, Canada
- National Museum of Contemporary Art, Seoul, South Korea
- Daejon Museum of Art, Daejon, South Korea
- Mori Art Museum, Tokyo, Japan
- Collection Neuflize Vie, Paris, France
- Collection Vranken Pommery, Reims, France
- Olbricht Foundation, Berlin, Germany
- Collection Michael Ringier, Zurich, Switzerland
- Collection Berardo, Lisbon, Portugal
- Leeum, Samsung Museum of Art, Seoul, South Korea
- Sharjah Art Foundation, Sharjah, United Arab Emirates

awards

2015
- Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres

2008
- Marcel Duchamp Prize, Paris, France

2005
- Altadis Prize, Paris, France

2004
- Villa Medici (French Academy in Rome), Rome, Italy

Laurent Grasso - Soleil Double (version anglaise)

Laurent Grasso - Soleil Double (version anglaise)

Livre

36,97 €

Laurent Grasso - Paramuseum

Laurent Grasso - Paramuseum

Livre

23,70 €

Laurent Grasso - Blackout

Laurent Grasso - Blackout

Print

133,33 €

Laurent Grasso - "Uraniborg"

Laurent Grasso - "Uraniborg"

Livre

33,65 €

Laurent Grasso - "Le rayonnement du corps noir"

Laurent Grasso - "Le rayonnement du corps noir"

Livre

30,33 €

Entretien entre LAURENT GRASSO et MARTA GILI, directrice du Jeu de Paume.

Toute observation est une manière partielle d’appréhender la réalité. Le travail de Laurent Grasso explore les interstices de cette observation partielle, c’est-à-dire les espaces d’incertitude ou de doute que suscite n’importe quelle conjecture — que ce soit dans le domaine de la science, de l’histoire, de la perception ou de la croyance —, afin de construire des réalités parallèles susceptibles de mettre à l’épreuve notre système de connaissance et notre capacité critique. Il ne s’agit pas pour lui de vérifier la véracité de nos suppositions, mais d’exploiter leurs fractures et leurs tensions pour en faire la matière première de son travail. L’observation, mais aussi le contrôle, la surveillance, le pouvoir ou l’emprise de la science ou de la croyance, ainsi que la réversibilité ou la simultanéité temporelle font partie des champs explorés par Laurent Grasso dans son oeuvre. En tendant la relation entre le connu et l’inconnu ou en contractant la distance entre le visible et l’invérifiable, le travail de Laurent Grasso met en évidence l’asymétrie entre voir et être vu.


MARTA GILI : Il y a dix ans, je t’ai invité au festival du Printemps de Septembre à Toulouse à présenter l’une de tes oeuvres, Du soleil dans les yeux : une projection vidéo dont la bande sonore est composée de très basses fréquences et dans laquelle défilent, sur une montagne très instable, des messages à caractère scientifique induisant la possibilité de contrôler le cerveau humain grâce à des ondes imperceptibles. Ce qui a provoqué de véritables réactions d’angoisse de la part du public. Tu as réussi à déclencher des automatismes, presque inconscients, face à l’invisible et à la peur de ce que l’on ne connaît pas. D’autres de tes oeuvres, comme Soyez les bienvenus ou le fameux nuage de Projection, ont le même effet. Placer le spectateur aux limites d’une expérience psychologique et physique inquiétante est-il important pour toi ?

LAURENT GRASSO : Mon travail s’est en effet toujours situé aux limites — de la réalité, de la croyance, de la science. J’ai abordé de nombreux champs d’application ou d’étude, mais toujours dans le but d’aller, techniquement, physiquement ou conceptuellement, vers une forme de limite. Elle existe dans Du soleil dans les yeux, qui a un impact physique grâce au lien entre un dispositif architectural qui présente un film, le film lui-même et son contenu. Dans cette oeuvre, ce lien est renforcé par les messages qu’on lit dans le film et qui décrivent des risques auxquels le spectateur semble lui-même exposé par les fréquences des infra-basses diffusées dans la salle. Je cherche à recréer de micro-situations qui contiennent le pouvoir, la force ou la brutalité de celles auxquelles on est confronté dans le réel.

M. G. : Dans tes installations, tu crées parfois un environnement occasionnant une perte de repères, un déséquilibre ou un trouble. Tu utilises pour cela des dispositifs architecturaux, des effets électriques, sonores, acoustiques, lumineux…

L. G. : Oui, dès le départ, je cherche à produire une expérience. Parce que les véritables expériences sont rares.

M. G. : La réception de ton travail est justement une expérience au cours de laquelle le spectateur doit se placer de l’autre côté du miroir, dans un monde parallèle où les évidences sont trompeuses : un monde habité par la rumeur, les mythes, la superstition, la science-fiction…

L. G. : Je veux jouer sur l’idée du réel, à travers des leurres. Un de mes premiers projets a été une exposition à Paris, en 1999, Escape, qui présentait différents films — notamment un projet réalisé au Maroc sur les stratégies d’émigration clandestine — et, de l’autre côté de l’espace de projection, un espace parallèle caché où le spectateur pouvait découvrir un bar où de l’alcool était vendu. Un mur de dix mètres de longueur avait été construit dans la Galerie du Forum Saint-Eustache et un court passage permettait de passer de l’autre côté de l’exposition pour arriver, au bout de ce couloir, dans ce bar clandestin. Cette idée de passer de l’autre côté de l’image, d’accéder à une réalité parallèle a débuté ainsi. Puis, au Crédac, j’ai créé une cabine insonorisée avec une fenêtre à travers laquelle on pouvait voir mon film Radio Ghost. Ce film traite du rapport entre l’industrie du cinéma en Chine et la croyance en l’existence de fantômes qui peuvent apparaître sur les tournages ou sur la pellicule. Là aussi la question d’un monde parallèle était matérialisée par un dispositif d’exposition où l’on pouvait passer de l’autre côté du film et accéder à un autre point de vue. Je tente de reconstituer des fragments de réalité ou de créer des objets par des moyens similaires aux dispositifs que je souhaite reconstruire — le cinéma, l’architecture, une certaine période de l’histoire de la peinture —, mais en y insufflant un décalage presque invisible et en ayant plusieurs angles d’approche de l’objet présenté. Je veux aussi multiplier les points de vue de déambulation et d’écoute pour le spectateur, mettre en place une certaine forme de narration, sans exposer les références ni le processus. Il faut qu’il reste quand même une certaine forme de…

M. G. : De secret ?

L. G. : Je parlerais plus d’une tension que d’un secret. Je cherche aussi une forme d’ouverture, voire de liberté, pour le spectateur. Qu’il ait la possibilité d’accéder au processus de création, au concept d’une oeuvre ou d’une exposition, mais pas immédiatement.

M. G. : Une grande partie de ton oeuvre comprend des films et des vidéos ainsi qu’un dispositif pour les montrer. Tu travailles de plus en plus avec des objets, des néons, des peintures. Pourquoi cette évolution vers d’autres registres que l’image ?

L. G. : Je ne m’intéresse pas forcément au médium lui-même mais plutôt au vecteur de réalité qu’il me donne. Grâce à une peinture, je peux réussir à produire une sensation de voyage dans le temps. Je conçois aussi des objets comme des images. Par exemple, la série Studies into the past est faite de sorte que l’on pense voir une peinture du XVIe siècle. C’est un travail sur le temps et sa perception. Des phénomènes montrés dans mes vidéos remplacent les phénomènes religieux habituellement représentés dans l’histoire de la peinture. C’est une façon de reconstruire l’histoire et le passé, en créant une fausse mémoire historique, l’important étant de produire un décalage, un vertige temporel face à un objet qui semble venir d’une autre époque — car il est réalisé d’une manière très historique — tout en rappelant un des phénomènes vus dans mes vidéos. Le néon 1610, d’après une constellation dessinée par Galilée, traitait du rapport entre le fait que la lumière des étoiles vient du passé et le temps que le Vatican a mis à reconnaître les recherches de Galilée.
M. G. : La perception communément répandue selon laquelle ce sont les instruments d’observation et de surveillance qui exercent le pouvoir, indépendamment de ceux qui les manipulent, est mise en pratique dans ton oeuvre, dans laquelle il y a très souvent une tension entre la suspicion et la surveillance. Peux-tu en parler ?

L. G. : Peut-être plus que de surveillance, je voudrais faire référence aux dispositifs de contrôle. Je pense aux écrits de Michel Foucault et de Giorgio Agamben. Dans The Silent Movie, on voit aussi qu’une architecture peut avoir un effet sur les consciences. Tout ce qui sert au pouvoir, à des sociétés secrètes, à n’importe quel groupe qui cherche à contrôler nos vies m’intéresse lorsque cela produit une forme et une esthétique — le réseau Echelon (les sphères géodésiques), la base HAARP, que j’ai reproduite au Palais de Tokyo, à Paris, les systèmes de surveillance que j’ai filmés en Espagne. D’autre part, l’observation est liée à la surveillance. Dans l’architecture carcérale pensée par Jeremy Bentham, la tour centrale devait se transformer en chapelle le dimanche, afin de moraliser les criminels.

On voit bien comment on glisse de la surveillance à l’architecture et l’effet qu’elle peut exercer, comme l’idée d’un dieu omniscient.

M. G. : De quelle façon The Silent Movie, qui évoque un film policier, résonne-t-il aujourd’hui ?

L. G. : Dans The Silent Movie, je montre les différentes strates temporelles de dispositifs de surveillance, de pouvoir et de mort, implantés sur la côte espagnole depuis le XVIe siècle. Aujourd’hui, certains sont en activité et d’autres abandonnés ou en ruine. D’autres encore ont été reconvertis en lieu de promenades touristiques — comme Berlin et ses bunkers. J’ai rencontré un colonel de l’armée espagnole qui dirigeait une unité de l’armée pendant la guerre civile et aussi durant le franquisme quand ces bases sont devenues actives. Il fait aujourd’hui partie d’une association qui revendique la conservation et la restauration de ces bâtiments. C’est justement cette confluence de plusieurs narrations sur un même endroit, ou sur un même sujet, qui opère un glissement de sens que j’essaie de réarticuler à partir de différents dispositifs.

M. G. : Ton intérêt pour Galilée et le Vatican est semblable, n’est-ce pas ?

L. G. : Le Vatican est toujours très actif sur les questions scientifiques et artistiques. C’est un endroit unique, un vrai système passionnant à étudier, un État religieux avec un réel dispositif symbolique qui produit des formes et une influence dans le monde entier. J’ai filmé l’enterrement de Jean-Paul II et la foule qui attendait parfois jusqu’à vingt-quatre heures pour voir le corps du pape. Ce moment de l’attente est très étrange, presque païen, et la cérémonie était un déploiement de signes et de symboles, un dispositif d’une force incroyable. L’esthétique du pouvoir est l’une de mes préoccupations, c’est-à-dire comment un dispositif produit une influence sur les consciences et consolide le pouvoir. J’ai suivi de près ces dernières années l’intérêt du Vatican pour l’art et j’ai été invité à une rencontre avec des artistes organisée dans la chapelle Sixtine par Benoît XVI, car le Vatican souhaite participer à la biennale de Venise avec son propre pavillon. Actuellement, je suis en discussion avec les autorités pour filmer l’observatoire du Vatican — c’est de là que proviennent les images de pape et de religieux qui observent l’univers à travers d’énormes lunettes astronomiques. Il m’a semblé que cela pouvait constituer un bon point de départ pour plusieurs oeuvres. Il y a une histoire politique du pouvoir et des luttes qui accompagnent ceux qui créent et cherchent de nouvelles représentations du monde, de l’univers, comme Copernic, Kepler, Brahé, Galilée. Et le Vatican s’est confronté, et parfois affronté, à ces scientifiques.

M. G. : Quel rôle occupent les interférences de la foi, des convictions et des croyances, bref, de la pensée magique, dans ton travail ?

L. G. : On peut parler de pensée magique, moi je parlerais plutôt de l’inconscient. Notre regard est formaté par notre environnement. On peut l’appeler magique pour résumer, mais en tout cas cette action existe : quand on voit une oeuvre, cette oeuvre a un effet réel sur le cerveau et sur la vie de celui qui la regarde. Dans mon projet sur les architectures de surveillance à Carthagène, en Espagne, il n’y a rien de magique, mais j’essaie de montrer que dans l’architecture, dans un bâtiment, il y a une forme de pouvoir, une action sur l’inconscient d’un peuple. L’architecture possède une fonction utilitaire, mais aussi symbolique qui influence notre manière de penser. C’est un principe qui a déjà été analysé par Michel Foucault dans Surveiller et punir, mais cela n’est pas réservé aux bâtiments carcéraux. Tous les objets qui nous entourent façonnent notre regard sur le monde. C’est en cela que mon travail compte une part documentaire qui contient des éléments que l’on peut identifier mais qui sont agencés autrement. Et c’est cette part de réel que je tente de reproduire. C’est pour cela que pour faire mes films, les modes de production sont similaires à ceux du cinéma, mais pour un résultat autre. C’est la même chose pour mes projets d’architecture ou pour une peinture primitive flamande.

M. G. : Peux-tu nous parler de la nouvelle pièce que tu veux produire autour de Tycho Brahé, Uraniborg ?

L. G. : On m’a parlé du dispositif de Tycho Brahé, le château-observatoire Uraniborg, sur une île autogérée, un territoire entièrement dédié à l’observation du ciel à une époque où la lunette n’avait pas encore été inventée par Galilée. Il y a un lien très fort entre la spécificité de l’architecture du château Uraniborg et le dispositif que j’essaie d’imaginer pour cette exposition. Dans des pièces semi-enterrées, Tycho Brahé observait de jour en jour le déplacement des étoiles, notamment la nouvelle étoile apparue en 1572 (nova stella). Plusieurs sens se croisent : l’observation du ciel, un dispositif architectural avec des points de vue sur l’univers, un territoire parallèle et autonome, le pouvoir et la recherche de représentations de l’univers. Tycho Brahé a eu une influence sur le monde politique en Europe et s’est vu offrir l’île de Ven par Frédéric II de Danemark, qui l’en a chassé vingt ans plus tard. Il existe une très belle sculpture de lui, le visage tourné vers le ciel, et mon idée a été de filmer ce visage avec un travelling du ciel vers le sol, et ce qui reste de son observatoire.

M. G. : Quelle est la spécificité du dispositif de l’exposition du Jeu de Paume et du Musée d’art contemporain de Montréal ?

L. G. : Il part d’un constat : beaucoup de mes oeuvres entretiennent un rapport avec une réalité autre, parallèle. Un ensemble d’oeuvres étudiant l’histoire de certains dispositifs créent des représentations de la réalité avec différentes approches : locale avec The Silent Movie, symbolique avec Bomarzo, politique avec On Air, astronomique avec Uraniborg, religieuse avec Les Oiseaux. Comme dans d’autres expositions, j’ai voulu créer un dispositif architectural qui génère une tension similaire à ce que j’essaie de produire avec mes films. Il s’agit de matérialiser un dialogue avec une réalité parallèle. J’ai donc conçu deux expositions, avec un envers et un dehors : un couloir vide avec quelques percées, et des passages vers un autre côté plus labyrinthique qui mène vers les salles où sont montrés les films et d’autres oeuvres. Certains d’entre eux peuvent opérer de microdécalages afin de susciter des doutes, de jouer avec les mécanismes de la paranoïa, de l’ambiguïté, de la croyance, de la rationalité, de la fiction ou de la vérité. Créer des représentations en permanence, c’est une manière de s’approprier le réel et, en quelque sorte, de se protéger de lui.


Laurent Grasso

par Clara Guislain


Le travail de Laurent Grasso, protéiforme, décline des environnements à la temporalité trouble qui amène le regard du spectateur à s’interroger sur la vérité même des formes qu’il perçoit. A l’intérieur de l’œuvre, le temps se contracte et se dilate, entre anticipation et archéologie du passé, Laurent Grasso produit des dispositifs qui induisent une perception simultanée et incohérente du temps.
Jouant sur la vérité historique et documentaire des images qu’il manipule, l’œuvre renvoie à la fois au familier, au connu en même temps qu’elle amène le regard à un point de fracture du réel, une abyme qui, dans sa progression silencieuse, absorbe le regard dans une réalité parallèle. Ainsi, à la manière d’un historien des images, Laurent Grasso réactualise l’iconographie des Grandes découvertes depuis la Pré Renaissance aux avancées scientifiques du XIXe siècle pour en exploiter le potentiel fictionnel. La poussée au seuil du virtuel et du merveilleux que génèrent ces œuvres, inscrit le geste de l’artiste dans une filiation avec des époques où l’art, la croyance, la connaissance, la science semblaient inextricablement liées. Ces mystérieux soulèvements de la nature, tantôt considérés comme manifestations divines, hallucinations, phénomènes paranormaux, catastrophes naturelles : éclipses, nuées ardentes, météorites, que Laurent Grasso transpose tels des leitmotivs obsessionnels, questionnent notre sens de la réalité dans sa relation à l'histoire de la technique.
Entre fascination et inquiétude, onirisme et rigueur documentaire, jeux de court-circuitages temporels, les œuvres de Laurent Grasso, semblent vouloir restaurer la mémoire des choses disparues, des croyances et des représentations qui ont modelés l'histoire de l’homme pour mieux interroger notre degré de présence au monde actuel, où la science et la technologie, machines de raison, semblent faire si peu cas du mystère et de l’obscurité.