Born in 1983 in Paris, France
Lives and works beetween Paris, France and New York, USA

 JR

solo shows

2018
- JR, Galerie Perrotin New York, USA 
- Maison Européenne de la Photographie, Paris, France
- Lazarides Gallery, London, UK

2017
- Chateau La Coste, Le Puy Ste Réparade, France 
- Chroniques de Clichy-Montfermeil, Palais de Tokyo, Paris, France
- Projection Wrinkles of the City Istanbul, Galerie Perrotin, Paris, France
- Visages Villages (Faces Places), Release of the documentary by Agnès Varda and JR, selected and screened out of competition during 2017 Cannes festival
- Installation in situ "Kikito" at the Mexican/US border 
- Springmann Gallery, Berlin, Germany

2016
- Project for the 2016 Rio Olympic Games, in situ installations, Rio de Janeiro, Brazil
- JR at the Louvre, temporary installation, Musée du Louvre, Paris, France
- Projet pour la Galerie des enfants, Centre Pompidou, Paris, France

2015
- Ghosts of Ellis Island, Galerie Perrotin, Hong Kong, China
- A Survey Exhibition, HOCA, Hong Kong Contemporary Art Foundation, Hong Kong, China
- Uprising - An Inside Out project, Centro de Arte Contemporaneo, CAC Malaga, Spain
- Unframed : La Voix du Nord, Lille, France
- DECADE. Portrait d'une génération, Galerie Perrotin, Paris, France
- JR, Lazarides, London, UK
- JR Black and White Night, Nuit blanche, Toronto, Canada
- JR's Picture Show. 24 Frames per Second, The Watari Museum of Contemporary Art, Tokyo, Japan
- ELLIS, Pop up exhibition & screening, Orchard Street, New York, USA
- ELLIS, Pop up exhibition & screening, Miami Design District, Miami, USA
- The Standing March, COP 21 Project, JR and Darren Aronofsky, Paris, France

2014
- Au Panthéon!, Paris, France
- Unframed Ellis Island; permanent installation in Ellis Island, New York, USA
- JR, Museum Frieder Burda, Baden-Baden, Germany
- Close up, Magda Danysz Gallery, Shanghai
- Power Station of Art Museum, Shanghai
- New York City Ballet, New York, USA
- Contemporary Art Museum, Dallas, USA

2013
- JR Contemporary Arts Center, Cincinnati, USA
- Permanent installation at Friche de Belle de Mai, Marseille, France
- JR, Watari Museum, Tokyo, Japan
- Inside Out Project, Times Square
- The Wrinkles of the City, Action in Berlin, Germany

2012
- The Wrinkles of the City, Action in Cuba, USA
- Pattern, Galerie Perrotin, Hong Kong
- Inside Out Project, Action in Haïti

2011
- Wall & Paper, Galerie Perrotin, The M Building, Miami, USA
- Encrages, Galerie Perrotin, Paris, France
- Inside Out Project, Action in Brooklyn, USA
- The Wrinkles of the City, Action in Los Angeles, USA

2009
- Women are Heroes, Installation at Ile Saint-Louis, invited by Pavillon de l'Arsenal, Paris, France
- Women are Heroes, Casa França Brazil, Rio di Janeiro, Brazil
- Women are Heroes, Action in Phnom Penh, Cambodia

2008
- Portrait of a Generation, Installation at The Tate Modern, London, UK
- Installation, invited by The Rath Museum, Geneva, Switzerland
- Women are Heroes, Action in Brussels, Belgium
- Women are Heroes, Action in Slum of Kiberia, Nairobi, Kenya
- Women are Heroes, Action in Favela Morro Da Providencia, Rio de Janeiro, Brazil
- Women are Heroes, New Delhi, Action in Jaipur, India
- The Wrinkles of the City, Action in Carthagene, Spain

2007
- Face2Face, Action in Tel-Aviv, Jerusalem, Ramallah and Separation wall / Security fence, Israel-Palestine

2006
- Installation, Paris Town Hall Square, Paris, France
- Installation, La Maison Européenne de la Photographie, Paris France
- Installation, Espace des Blancs Manteaux, Paris, France

2004
- Portrait of a Generation, Action in Les Bosquets ghetto, Montfermeil, Paris, France

group shows

2016
- Post No Bills: Public Walls as Studio and Source, Neuberger Museum of Art, New York, USA

2015
- Tu dois changer ta vie, Tripostal, Lille, France
- Open Source: Engaging Audiences in Public Space, Philadelphia, USA
- Bonjour la France, Seoungnam  Art Centre & Goyang Culture Foundation, Seongnam & Goyang, Korea, Curated by Sunhee Choi, Korea

2014
- #Street Art, l'innovation au coeur du mouvement, Fondation EDF, Paris, France

2013
- L'amour atomique, Palais des Beaux Arts, Dinard, France
- Happy Birthday Galerie Perrotin / 25 ans, Tripostal, Lille, France
- Choices, Magda Danysz, Shanghai, China

2012
- Festival Images, Photobooth installation, Vevey, Switzerland`
- The Wrinkles of the City Biennial of La Habana, Cuba
- Art & Toys - Collection Selim Varol, Me Collectors Room, Berlin, Germany

2011
- Shanghai ! La tentation de l'Occident, Institut Culturel Bernard Magrez, Bordeaux, France
- Paris-Delhi-Bombay, Photobooth installation at Centre Pompidou, Paris, France
- Art In the Streets, MOCA Museum, Los Angeles, USA
- Emirati Expressions, Abu Dhabi, United Arab Emirates
- Les Rencontres d'Arles, Arles, France

2010
- Viva la revolucion : A dialogue with the Urban Landscape, Museum of Contemporary Art, San Diego, USA
- Festival Images, Elysee Museum, Vevey, Switzerland
- The Wrinkles of the City, Contemporary art Biennal, Shanghai, China
- Springmann Gallery, Düsseldorf, Germany

2009
- Les Rencontres photographiques d’Arles, Arles, France

2007
- Venise Bienniale, Arsenal , Venise, Italy
- FOAM Museum of Photography, Amsterdam, Netherlands
- Les Rencontres Photographiques d'Arles, Arles, France

2006
- Clichy-sans-Clichés , Clichy-sous-Bois, France
- Milk, Saskatoon, Canada
- The Orphanage, Los Angeles
- 11 Spring, Mahnattan, New York, USA

awards

2011
- TED Prize

BOOKS & FILMS

2015
- The Standing March, COP 21 Project, JR and Darren Aronofsky, Paris, France
- Ellis, 2015, directed by JR, written by Eric Roth, starring Robert de Niro
- Les Bosquets, 2015, directed by JR
- JR : l'Art peut il changer le monde ? published by Phaidon, 2015
- Dans l'objectif de JR. Pour les 11-15 ans, published by Pyramides Editions, 2015
- Wrinkles of the City. A project by JR, Published by Editions Alternatives, 2015

2014
- Rivages, 2014, directed by Guillaume Cagniard

2013
- Wrinkles of the City - Havana, Cuba, 2013, directed by JR & Jose Parla
- Inside Out Project, 2013, Release of JR's second film, produced by HBO (english)
- The Wrinkles of the City, Los Angeles, Catalogue published by Damiani, 2013 (english & french)
- Inside Out Japan, Catalogue published by Watari Museum, Tokyo, 2013 (english & japanese)

2012
- The Wrinkles of the City, Cuba Catalogue published by Damiani, 2012 (english)

2011
- Women are Heroes Release of JR's first film, selected at the 2011 Cannes Film Festival
- 28 MM, Catalogue published by Editions Alternatives, 2011 (french)
- The Wrinkles Of The City, Shanghai, Catalogue published by Drago, 2011 (english)
- Women Are Heroes, Catalogue published by Editions Alternatives, 2011 (english & french)

JR - 28 mm, Women are heroes, Action dans la favela morro da providencia, Favela de jour, Rio de Janeiro, Brésil, 2008

JR - 28 mm, Women are heroes, Action dans la favela morro da providencia, Favela de jour, Rio de Janeiro, Brésil, 2008

Print

1 625,00 €

JR - 28 mm, Women are heroes, Action in Kibera Slum, Into the wild, Kenya, 2009

JR - 28 mm, Women are heroes, Action in Kibera Slum, Into the wild, Kenya, 2009

Print

1 000,00 €

JR - New York city ballet, paper interactions 13, 2014

JR - New York city ballet, paper interactions 13, 2014

Print

850,00 €

JR - "28 Millimètres, Women are Heroes, Eyes on bricks, New-Delhi, India"

JR - "28 Millimètres, Women are Heroes, Eyes on bricks, New-Delhi, India"

Print

850,00 €

JR - 28mm, dans l'objectif de JR

JR - 28mm, dans l'objectif de JR

Monographies et livres d'artiste

18,91 €

JR - The Wrinkles of the City - Des rides et des villes

JR - The Wrinkles of the City - Des rides et des villes

Monographies et livres d'artiste

42,65 €

JR

par Francois Hebel - Directeur des Rencontres Photographiques d'Arles


Ce pseudonyme dit l’humour autant que la conscience aigue que ce photographe a de son action. S’affubler du diminutif de l’archétype du personnage abjecte de la série télévisée Dallas, emblème du capitalisme dans son apogée la plus égoïste, c’est vouloir prendre le système sur son propre terrain, en le minant de l’intérieur, tel un alien que l’on laisse s’installer sans tout de suite le comprendre, avant que ce ne soit lui qui prenne le pouvoir et nous entraine dans son message.

Graffeur, il l’a été. C’est en photographiant ses amis bombes de peinture à la main et en collant une exposition sauvage sur des murs de Paris, que JR est devenu photographe, affichiste, activiste un peu tout à la fois, une synthèse de son époque.
Lorsqu’en 2005 les banlieues parisiennes de Clichy sous Bois et Montfermeil s’embrasent, entrainant nombre de banlieues françaises dans leur sillage, les médias du monde entier amplifient cette révolte. JR, a 22 ans, il a grandi dans une banlieue parisienne « calme » mélange de pavillons et de grands ensembles, il ressent une injustice vis à vis des jeunes. Lui aussi a connu la peur et l’exaltation d’être proche de Paris sans avoir accès à ses codes, les escapades qui se limitent à Auber ou aux Halles.

Il se rend à Clichy sous Bois et à Montfermeil, et réalise au grand angle le portrait de jeunes en leur demandant de faire une énorme grimace. Il ironise sur l’image d’êtres enragés, asociaux, diffusée par les médias. Les séances se transforment en fous rires, et l’image déclenche une telle hilarité, que celui qui la regarde ne peut qu’éprouver de la sympathie.

Arrive alors le trait de génie. Sans doute parce qu’il trouve vain de mettre un beau tirage dans un cadre pour quelques visiteurs, il se souvient que le mur public est son espace naturel. Il imprime ses photos en affiches de très grandes tailles, accentuant la proximité des personnages. Leur présence devient intense et le rire presque sonore.
JR a jeté les bases d’un procédé qu’il décline en l’améliorant, un système dont le discours politique va aller en se précisant, en s’universalisant. Le mode de diffusion va s’affiner, l’implication des populations défendues s’accroitre, sa liberté et son autonomie financière s’organiser.

Ce travail est réjouissant car il ne cherche pas à faire œuvre à tout prix, il cherche à créer un lien social, à rapprocher des communautés, à alerter.
JR utilise la photographie dans sa souplesse. A l’heure ou l’obsession est au tirage et sa qualité inspectée par les collectionneurs, ou l’étiquette « plasticien » semble donner une valeur ajoutée avant même de regarder l’image, JR se fout de ces conventions. Il rappelle l’élasticité de la photographie, il en utilise toutes les possibilités. L’affiche est son mode opératoire, le centre de son intervention. Comme il se trouve être bon photographe, ce qui aurait pu ne pas être important, il photographie ses installations dans leur environnement, pour produire des images vendues par sa galerie en vogue, sa principale source de financement. La presse n’est plus une fin en soi mais est convoquée ainsi qu’internet pour faire écho à l’événement.
Sans le savoir, il appartient à une lignée qui a commencé avec Claude Bricage et son projet « photographier la ville » au début des années 80. Photographe et militant Bricage avait créé une des premières initiatives du département de Seine Saint Denis, qui se poursuivra avec de nombreuses autres. Afin de montrer l’évolution de la Banlieue des stages avaient été organisés pour que des jeunes appréhendent leur environnement. L’exposition avait été affichée en extérieur dans les villes concernées au format 120 x 180 cm.

Martin Parr provoquera un scandale à Londres avec sa série « Sign of the times » sur le gout des anglais. Les photos montrant la décoration des intérieurs britanniques et des citations de leurs habitants étaient exposées dans les panneaux publicitaires de Londres et dans le métro, sans aucune explication.
Guy le Querrec fera la publicité du festival de Jazz banlieues Bleues, à nouveau en Seine Saint Denis, sur une affiche de 4 mètres sur 3 dans le métro, muette pour comencer elle se couvrait quotidiennement d’une nouvelle petite photo du concert du jour.
Lorsque je dirigeais Magnum je m’en inspirais à deux reprises. Le lendemain de l’intervention de l’armée Place Tien Anmen à Pékin en 1989, empêchant toute couverture journalistique, avec Stuart Franklin nous avons offert la fameuse photo du personnage en chemise blanche arrêtant les chars à Amnesty International pour une affiche qui fut largement diffusée. Lors du conflit en Bosnie, alors que les Serbes tenaient le siège de Sarajevo depuis plusieurs mois, et que la presse avait relâché sa couverture de façon choquante, j’ai proposé à Gilles Peress de ceinturer Paris avec des affiches de 3 mètres sur 8 montrant deux de ses photos des habitants et cette seule phrase « Sarajevo 300 000 otages ».

Le « 11 septembre » donnera lieu à une des initiatives les plus émouvantes où des photographes amateurs et professionnels ont apporté leurs photos des tours jumelles, tirées sur ce qui était les prémices du tirage numérique, elles ont été punaisées au mur, pendues au plafond d’une boutique. « Here is New York » (« voici New York ») devenait un temple, un lieu de recueillement et d’échange et aussi de vente de tirages à prix populaires pour soutenir les familles des victimes.

Enfin inlassablement, pacifiquement, mais avec rage, l’Israélien, David Tartakover détourne, avec l’accord de leurs auteurs, des photographies de presse, pour produire des affiches uniques dénonçant les faiseurs de guerre du conflit israélo palestinien, qu’il installe toujours derrière la même vitrine d’un café de Tel Aviv.
Nous sommes loin du marché de l’art, loin de la presse aussi, dans une véritable alternative d’information publique. Le message doit être simple, mais il ne peut être détourné, la photographie ne sera pas recadrée, légendée ou titrée de façon à modifier son sens comme il arrive à la presse de le faire maladroitement.
En développant son procédé et en l’appliquant à des territoires plus lointains, JR s’est efforcé d’impliquer les populations dans la réalisation des installations. Promettant les tôles ondulées, support de ses portraits, au habitants des bidonvilles kenyans afin qu’ils surveillent l’installation le temps de son éphémère existence, les toiles étanches, imprimées d’images, aux habitants des favelas de Rio de Janeiro pour renforcer l’étanchéité de leurs abris.

Il n’est pas photographe de l’événement. Il nous force à regarder des phénomènes que l’habitude et la résignation nous font oublier tant leur absurde violence s’est installée dans la durée.
Son combat le plus récent pour nous interpeller sur la place de la femme dans des sociétés ou elle n’est pas l’égale de l’homme, passe par le regard. Le portrait simplifié à l’extrême. Des regards interrogateurs, profonds, bienveillants mais graves. Plus le graphisme de JR est dépouillé, plus son message est clair. Il nous attire par une installation spectaculaire et nous envahi avec ces regards qui interrogent longtemps notre conscience.

Pour la photographie il est aux années 2 000 ce que Nan Goldin était aux années 80. Il ne cherche pas une photographie au cadre virtuose. Il souhaite être le témoin d’une société dans chaque projet. Avec l’affiche, installée dans le paysage même de la crise mise en valeur, il invente un outil de diffusion, comme Nan pratiquait la projection audiovisuelle dans les cafés.

JR ne revendique pas de gloire, il préfère l’anonymat et l’aventure collective que ses projets génèrent. Il manie l’humour avec courage, manipule la presse, internet et le marché de l’art pour servir son propos, qui a la belle valeur d’être purement politique, même si ce mot fait peur à sa génération. Il prend partie, nous force à regarder son point de vue, il s’engage.