Born in 1958 in Sondrio, Italy
Lives and works in Geneva, Switzerland

Gianni MOTTI

solo shows

2015
- Draft, Galerie Perrotin, Paris, France
- Performance Process, Centre Culturel Suisse, Paris

2014
- Ritorno é andata, Andata Ritorno, Genêve

2013
- Spread, Palais de l'Athénée, Société des Arts, Geneva
- Moneybox, Galerie Perrotin, Paris

2012
- «The Big Illusion», D+T Project, Brussels
- «Moneybox», Migrosmuseum für Gegenwartskunst, Zürich
- «Swap», BPS22, Charleroi

2010
- Belgium Landing, First Step in Belgium, D+T Project, Brussels

2009
- Funds Show, Centre d’art contemporain, La Synagogue de Delme, Delme
- Moneybox, Centre d’art contemporain la Ferme du Buisson, Marne-la-Vallée
- Hedge Flag, Pont du Mont-Blanc, Geneva

2008
- Think Tank, La Criée centre d’art contemporain, Rennes

2007
- Triple V, Dijon
- La Salle de bain, Lyon

2006
- The Spirit of John Lennon, Metro Pictures, New York
- Perpetual Channel, Centre d’édition contemporaine, Geneva
- Johnen + Schöttle, Cologne
- Präventiv Ausstellung, Cabaret Voltaire, Zürich

2005
- Venice Biennale, Swiss Pavilion, Venice
- Higgs, à la recherche de l’anti-Motti, Galerie Nicola von Senger, Zürich

2004
- Plausible Deniability, Migrosmuseum für Gegenwartskunst, Zürich
- Under Destruction #1, National Museum of contemporary art, Bucharest (with Christophe Büchel)
- Guantanamo Initiative, Centre Culturel Suisse, Paris (with Christophe Büchel)
- Cosmic Galerie, Paris
- Galleria Artra, Milan
- Who Wants Yesterday’s Paper, Centre de la Photographie, Geneva
- Videoclub #5, Palais de Tokyo, Paris

2003
- Turn over, Galleria Artra, Milan
- Turn over, Chiesa di San Matteo, Lucca
- Centre pour l’image contemporaine, Geneva
- Ars Futura, Zürich

2002
- Cadeaux diplomatiques, Kunstmuseum Thun (with Christophe Büchel)
- Productions 6, KW Institute for Contemporary Art, Berlin
- Capital Affair, Helmhaus, Zürich (with Christophe Büchel)

2001
- Talk is cheap, Swiss Institute, New York
- Arte all’Arte, Arte Continua, San Gimignano
- Collateral Damage, Jousse Entreprise, Paris
- Kunsthalle, Bern

2000
- Cushy Job, Galleria Artra, Milan
- Vivement 2002, deuxième épisode, MAMCO, Geneva

1998
- Villa Arson, Nice
- Prospect, Centre National de la photographie, Paris
- Exit, Lausanne
- Digan lo Che Digan, Galerie Analix, Geneva

1997
- Psy Room, Espacío Vacio, Bogotá
- Nice Fine Art, Nice
- Confidential Meeting, MAMCO, Geneva
- Eclipse de lune - 16 septembre 1997, Toit de La Cité Radieuse de Le Corbusier, Marseille

1996
- Motti 96, MAMCO, Geneva
- Cushy Job, Galerie Analix, Geneva
- Psy Room / Auto Reverse 2, Le MAGASIN Centre National d’art Contemporain, Grenoble

1995
- CAN, Centre d'art de Neuchâtel, Neuchâtel
- Galerie Analix, Geneva
- Psy Room, Low- Bet, Geneva

1994
- Galerie Andata/Ritorno, Geneva
- Filiale, Basel

1992
- Galerie Andata/Ritorno, Geneva

1989
- Entierro N°1, Ribarteme, Vigo, Spain

1988
- Kunstfabrik, Potsdam, Berlin

group shows

2016
- Cosa Mentale, Centre Pompidou, Metz, France

2015
- Eppur si muove - Art and technique, a shared space; MUDAM, Luxembourg
- AURA. Art et télépathie de Rodin à nos jours, Centre Pompidou Metz, France
- 2000 + 15 (15 years later), Blue Project Foundation, Barcelona, Spain
- The Bank Show, BANK, MAB Society, Shanghai, China
- Biens publics, Musée Rath, Genêve, Switzerland

2014
- Food, MuCEM, Marseille, France
- Clear, Gagosian Gallery, Los Angeles, USA
- Elevation 1049, Gstaad

2013
- Happy Birthday Galerie Perrotin / 25 ans, Tripostal, Lille
- Food, Musée Ariana, Geneva
- Sunday in the Mountains curated by Gianni Jetzer, Swiss Institute, NY

2012
- Low Mountains, La Fondation Dar Bellarj, Marrakech
- The Forfeiture of Money, D+T Project, Brussels
- Coup Double, Frac Aquitaine, Hangar G2, Bordeaux

2011
- Collector, Tripostal, Lille
- Seeing is Believing, KW Institute for Contemporary Art, Berlin
- Action Directe, D+T Project, Brussels
- Of Large and Small - An exhibition about man’s place in the universe, The Royal Library, Copenhagen
- Revisiting Time, La Plateforme, Dunkerque
- Incongru, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne
- Zeit zu handeln!, Kunsthalle Krems, Krems
- Trentatre, Galleria Artra, Milan
- Weltraum. Die Kunst und ein Traum, Kunsthalle Wien, Vienna
- Involuntary, fordPROJECT, New York
- Of Bridges & Borders, Fundación PROA, Buenos Aires

2010
- Let´s Dance, Musée d´art contemporain du Val-de-Marne MAC/Val, Vitry-sur-Seine
- Wir Manager!, Vögele Kultur Zentrum, Pfäffikon
- Une idée, une forme, un être – Poèsie/Politique du corporel, Migrosmuseum, Zürich
- Trickster Makes This World, Nam June Paik Art Center, Yongin-Si, Korea
- Press Art — Die Sammlung Annette und Peter Nobel, Museum Der Moderne, Salzbourg
- One Shot, BPS22, Charleroi
- Kratos — About (Il)legitimate(d) Power, Team Gallery, New York
- Press Art, Kunstmuseum, St.Gall
- Cosas que solo un artista puede hacer, MARCO Museo de Arte Contemporánea de Vigo, Vigo
- The Incidental Person, Apexart, New York

2009
- The Secret of the Ninth Planet, California College of Arts, San Francisco
- Wonder Bang!, Tokyo Wonder Site Hongo, Tokyo
- Pourquoi attendre!, Centre d’Art Contemporain, Geneva
- Controverses, Une histoire juridique de la photographie, BNF, Paris
- More than a T–Shirt, Bielefelder Kunstverein, Bielefeld
- Constellation, Centre Pompidou–Metz, Metz
- Three Leaps Seconds Later, Kunsthaus Grenchen, Liechtenstein
- Viva L’Italia, Galleria Astuni, Bologna
- Shifting Identities, Vilnius Contemporary Art Centre, Vilnius
- Usages du document, Centre Culturel Suisse, Paris
- Nouvelles acquisitions du FRAC Aquitaine, Musée de Gajac, Villeneuve-sur-Lot

2008
- Degrees of Remove : Landscape and Narrative, Anthology Film Archives, New York
- Interstitial Zones, Argos, Brussels
- Geschlossene Gesellschaft, KW Institute for Contemporary Art, Berlin
- Degrees of Remove : Landscape and Affect, Sculpture Center, New York
- Château de Tokyo, Palais de Fontainebleau, Château de Fontainebleau, Paris
- Shifting Identities, Kunsthaus, Zürich
- Constellations, Artissima, Turin
- Average, Kunsthaus Langenthal, Langenthal
- Balls & Brains, Helmhaus, Zürich
- Valeurs croisées, Biennale d'art contemporain, Rennes
- Good News for People Who Love Bad News, Swiss Institute, New York
- La dégelée Rabelais, Frac Languedoc-Roussillon, Site du Pont du Gard
- Less is Less, More is More, That’s All, CAPC Musée d’art contemporain, Bordeaux
- Nouvelles acquisitions, volet 2, Frac Nord-Pas de Calais, Dunkerque
- Le Renouveau du temps Maison Guerlain, Paris
- No more territory, FRAC Alsace, Palais Universitaire, Strasbourg
- Déplacements, Frac Franche-Comté, Centre régional d’art contemporain, Montbéliard
- The Other Way Around, Galerie Cosmic, Paris
- X, Galerie 1m3, Lausanne
- Le corps comme spectacle, Frac Bourgogne, Dijon
- Autour d’une œuvre, Frac Franche-Comté, Besançon
- Abstraction extension, Fondation Salomon, Alex
- Controverses, Une histoire éthique et juridique de la photographie, Musée de l’Elysée, Lausanne

2007
- Frieze Projects, Frieze Art Fair, London (curated by Neville Wakefield)
- Die Kunst zu sammeln, Museum Kunstpalast, Düsseldorf
- Taking Time, MARCO Museo de Arte Contemporánea de Vigo, Vigo
- 2nd Moscou Biennale, Moscow (curated by Nicolas Bourriaud),
- 2nd Moscou Biennale, Moscow (curated by Fulya Erdemci and Rosa Martinez)
- Six Feet Under, Deutsches Hygiene Museum, Dresden
- Last News, Laznia Center for Contemporary Art, Gdansk
- L’invisible, Max Wigram Gallery, London
- L’Europe en devenir, Centre Culturel Suisse, Paris
- Sublime Objects, MNAC National Museum of Contemporary Art, Bucharest
- Mulher Mulheres, SESC, Sao Paulo
- Il Teatro della vita, Galleria Civica di Arte Contemporanea, Trento
- Tomorrow Now - when design meets science fiction, MUDAM, Luxembourg
- Château de Tokyo, Centre international d’art et du Paysage, Vassivière
- Art_Clips, ZKM, Karlsruhe
- We can't be stopped, Galerie Nuke, Paris
- Dialogues méditerrannéens, la Citadelle, Saint-Tropez
- Drôle de je, Frac Alsace, Sélestat

2006
- Six Feet Under, Kunstmuseum, Bern
- Defamation of Character, PS1, New York
- Cinq milliards d'années, Palais de Tokyo, Paris
- Space Boomerang, Swiss Institute, New York
- Human Game, Fondazione Pitti Discovery, Florence
- Project Placement, Galerie Analix Forever, Geneva
- Uchronies et autres fictions, Frac Lorraine, Metz
- Cindy Sherman, Olaf Breuning, Gianni Motti, Galerie Nicola von Senger, Zürich
- Sol System, La Passerelle, Brest
- Photo Trafic, 50_jpg_06, BAC, Geneva
- Voiler Dévoiler, Villa du Parc, centre d’art contemporain, Annemasse
- UFO- Images of the Invisible, Centre Pasqu’Art, Bienne
- Hysteria Siberiana, Cristina Guerra Contemporary Art, Lisbon
- Le jour d’après, Frac Franche-Comté, Musée des Beaux-Arts, Besançon
- Videoreport Italia 2004_05, Galleria Comunale d’Arte Contemporanea, Monfalcone

2005
- A Brief History of Invisible Art, CCA Wattis Institute for Contemporary Arts, San Francisco
- Rundlederwelten, Martin Gropius Bau, Berlin
- 51st Venice Biennale Always a Little further, Arsenale di Venezia, Venice
- Banquete_05, Comunicación en evolución, Centro Cultural Conde Duque, Madrid
- Disobedience, Kunstraum Kreuzberg/Bethanien, Berlin
- Burlesques contemporains, Jeu de Paume, Paris
- Prague Biennale 2, Prague
- Let’s Cerebrate, Villa Bernasconi, Grand-Lancy

2004
- Libertad Duradera, Museo de Arte Carrillo Gil, Mexico City
- Die Zehn Gebote, Deutsches Hygiene Museum, Dresden
- La belleza del fracaso / El fracaso de la belleza, Fundación Joan Miró, Barcelona
- Legal / Illegal, NGBK, Berlin
- Better Bet on That, Studená 12, Bratislava
- Swiss Video Lobby, SMC / CAC Contemporary Art Centre, Vilnius
- I Nuovi Mostri, Life is beautiful, Fondazione Nicola Trussardi, Milan
- Brainstorming, Centre national d’art et du paysage, Vassivière
- Economies, Artandgallery, Milan
- Ambiances sport, Le MAGASIN Centre National d’art Contemporain, Grenoble
- Situations construites, Attitudes, Geneva

2003
- Hardcore, Vers un nouvel activisme, Palais de Tokyo, Paris
- Attack! Kunst und Krieg in den Zeiten der Medien, Kunsthalle, Vienne
- Extra, Swiss Institute, New York
- 10ème Biennale de l´Image en Mouvement, Centre pour l´image contemporaine, Geneva
- Prague Biennale 1 Peripheries Become the Center, Prague
- The World, Jousse Entreprise, Paris
- Collections sans frontières, Galleria Civica d´Arte Moderna e Contemporanea, Turin
- Embassy, Gallery F15, Moss, Norway
- Going Public, MAST, Modena
- The 25th Biennial of Graphic Arts, International Centre of Graphic Arts, Ljubljana
- The Overexcited Body, Geneva Stadium, Geneva
- Mursolaici, Centre Culturel Suisse, Paris
- Vision: Extended, Gallery Speak For, Tokyo
- Pantalla Suiza, Museo Nacional Centro de arte Reina Sofia, Madrid
- De l’autre côté des Alpes, Biagiotti Arte Contemporanea, Florence

2002
- Manifesta 4, Frankfurt
- Actualités, Le Rectangle, Lyon
- Sans consentement, CAN, Neuchâtel
- Protest, respect!, Neue Kunsthalle St.Gall, St. Gall
- View Finder, Arnolfini, Bristol
- Tutto normale, Villa Médicis, Rome
- Busan Biennale, Busan Museum of Art, Busan, Korea
- Balsam, Helmhaus, Zürich
- Last minute, Verso la fine dell'eternità, Ospedale Soave, Lodi
- Unloaded - coming up for air, Artbunker, Oberschan-Wartau
- C’est pas du cinema, le Fresnoy, Tourcoing
- Né un 3 septembre, Frac Bourgogne, Dijon
- Italian Boys, Analix Forever, Geneva

2001
- Looking With/Out, Courtauld Institute of Art, London
- The Overexcited Body, SESC, Sao Paulo
- Design & activism, Speak For Gallery, Tokyo

2000
- Transfert, 10th Swiss Sculpture Exhibition, Bienne
- Ironic, Trevi Flash Art Museum, Trevi
- Big Crunch, La Box, Bourges
- Mixing Memory and Desire, Neues Kunstmuseum, Luzern
- 7th Venice Architecture Biennale, Venice
- Parolesparoles, Kunsthalle Palazzo, Liestal
- Let's be friends, Migrosmuseum, Zürich
- Bruit de fond, Centre National de la photographie, Paris
- Ticker, Galerie Gebauer, Berlin

1999
- Expander 1.0, Galerie Jousse Seguin, Paris
- Grown in frozen time, Shed im Eisenwerk, Frauenfeld
- XN, Espace des arts, Chalon-sur Saône
- They came by taxi, Parabolica Space, Berlin
- Collage jukebox 2.0., Musée d'art contemporain, Lyon
- Care/Of, Milan
- Mayday, CAN, Neuchâtel
- Ounofrio, National Gallery, Tirana
- Droits de l’Homme / Human Rights, FCDAV, Palais Wilson, Geneva

1998
- Imitating Christmas, Wiensowski & Harbord, Berlin
- P.O.BOX, Moderna Museet, Stockholm / Serpentine Gallery, London/ Le Nouveau Musée, Villeurbanne/ Centre National de la Photographie, Paris
- Autour du Mondial, Galerie Enrico Navarra, Paris
- Technoculture, Fri-Art, Fribourg
- Millenovecento, Galerie Analix, Belluno
- Mille Neuf Cent, Gallerie Analix, Geneva
- Loisirs - Working Title, Glassbox, Paris
- Patchwork in Progress 2, P.O.BOX, MAMCO, Geneva
- Ils sont passé par ici, FCAV, Geneva
- Videostore!, Bricks+Kicks, Wien, Austria
- Centre Pasquart, Bienne
- Esc, Ecole d'art de Grenoble, Grenoble
- All star, Sous-Sol, Esav, Geneva

1997
- Version Originale, Musée d'art Contemporain de Lyon, Lyon
- Eté '97, CGGC, Geneva
- The single use camera show Projektraum, Zürich
- Mort aux Trousses, Projektraum, Zürich
- Parzelle für Junge Kunst, Binningen

1996
- Departure Lounge, Clocktower Gallery, New York
- Nouvelles du Fonds, Collection du Fonds Municipal, MAMCO, Geneva
- Non! Pas comme ça, CAN Centre d'art de Neuchâtel, Neuchâtel
- Cabines de bain, Fribourg
- Gramercy Art Fair, New York, USA (Performance)
- Shed im Eisenwerk, Frauenfeld
- Kombirama, Zürich

1995
- Snow Job, Forde, Geneva
- Galerie Art & Public, Geneva
- Low Bet, Geneva

1993
- Filiale, Basel, Switzerland

1986
- Magik Ink, Les Immatérielles, Centre Pompidou, Paris

Gianni MOTTI

Gianni MOTTI

Livre

30,00 €

Gianni MOTTI - "Moneybox Fundshows"

Gianni MOTTI - "Moneybox Fundshows"

Livre

23,70 €

Gianni Motti - "Moneybox"

Gianni Motti - "Moneybox"

Print

300,00 €

GIANNI MOTTI

Le travail de Gianni Motti échappe aux formats traditionnels de diffusion de l’art. Par des gestes dérisoires l’artiste italien construit un travail qui retourne contre elles-mêmes les stratégies de pouvoir. Avec une remarquable économie de moyens, il investit les lieux, détourne l’exposition et transforme celle-ci en une machine dialectique, un poste avancé de son entreprise critique.
Les œuvres de Gianni Motti sont en tous points hors normes, tant dans leur forme que dans leur contenu. Elles s'apparentent en effet à une suite d'interventions ponctuelles, infiltrant la réalité ou parasitant l'actualité quotidienne des médias. Comme en 2000, pendant une semaine, Gianni Motti est apparu dans différentes pages du journal “Neue Luzerner Zeitung”, jusqu'au moment où des lecteurs énervés appelèrent le journal pour dénoncer cet inconnu parasitaire. En 1997, en Colombie, il organisa une manifestation nationale de télépathie pour inciter le Président Samper à démissionner. Ou quand il met en scène son propre enterrement en 1989. Après avoir annoncé son décès dans les pages nécrologiques du journal local, Gianni Motti circule à cercueil ouvert dans les rues de Vigo, porté par la foule qui participe à la cérémonie funèbre. Sport, finances, médias, politique internationale, parapsychologie – les actions de Gianni Motti couvrent tout le spectre de la société contemporaine.
Génie de l'appropriation et de la manipulation des événements, ses oeuvres se répercutent sous forme d'interférences absurdes et ironiques, et se transforment en un organe de protestation sociale et politique. Il revendique aussi l'apparition de certains phénomènes naturels ou accidentels qui dépassent de loin les actions limitées de la condition humaine. En 1986, la navette Challenger explose dans le ciel de Floride. Gianni Motti contacte les agences de presse et revendique cette magnifique gerbe de fumée. Le 28 juin 1992, desert)la terre tremble en Californie. L'artiste avise l'agence de presse Keystone et se déclare responsable de la secousse qui provoqua une fissure de 74 kilomètres de long.
Ses interventions peuvent toucher des cadres décisionnaires, comme par exemple son intervention à l'ONU en 1997. Jamais là où on l’attend, en 2005, il s'est comparé à un proton et part à la recherche de l’anti-Motti. Descendu dans le tunnel circulaire LHC (accélérateur de particules) du CERN, il a parcouru les 27 kilomètres à pied, à la vitesse moyenne non accélérée de 5 km/h.
La plus grande œuvre de Gianni Motti est bel et bien l'omnipotence.
En 1999, il réalise « Big Crunch Clock », un compte à rebours vers l’effondrement du système solaire, que les scientifiques prévoient dans 5 milliards d’années (le « Big Crunch »).
Après avoir revendiqué tremblements de terre, pluies de météorites, éclipses de lune et de soleil, Gianni Motti s’approprie la plus grosse catastrophe naturelle, responsable de la disparition du système solaire et par là même de la Terre.
Au-delà de la ponctualité des actions, des dérèglements momentanés qu'il provoque ou revendique, ses interventions pointent là où ça fait mal et proposent une multitude de pistes de réflexion, en un seul geste. Motti sème le désordre, avec une intelligence rare et un sens aigu à la fois de l’à-propos, de l’absurde et de l’engagement. Sa devise : être au bon moment au mauvais endroit. Invité en 2004 à présenter une rétrospective de son travail au Migros Museum für Gegenwartskunst, l’artiste n’a montré aucune œuvre. À la place, il a transformé l’espace en un long couloir que les visiteurs parcouraient dans un seul sens, accompagnés par des guide-conférencier, qui décrivaient et racontaient les œuvres passées de l’artiste.



Nada por la fuerza, todo con la mente

par François Piron


FRANÇOIS PIRON
NADA POR LA FUERZA, TODO CON LA MENTE
2001
 
 

 
À l'endroit où, dans les catalogues d'exposition, il est de rigueur de mentionner que l'artiste “vit et travaille à…”, l'artiste suisse Gianni Motti demande invariablement à y substituer cette sentence à méditer : “Gianni Motti mène une vie exemplaire”. Si la formule a d'une part pour effet de renvoyer dans ses buts l'institution artistique et ses terminologies prêtes à porter, elle a aussi le mérite de transformer tout texte surmonté de ce fronton laconique en hagiographie de Saint Gianni, de ne plus mettre l'accent sur le travail accompli, mais sur cette vie édifiante qu'il convient d'admirer. Tentons donc de narrer quelques-unes des Très Riches Heures de la vie de Gianni Motti.
La façon dont se diffusent les informations concernant les apparitions et les activités de Gianni Motti est particulièrement volatile. Il peut par exemple en laisser le soin aux médias, comme lorsqu'il revendique par voie de presse différents tremblements de terre ou le crash de la navette Challenger en 1986, ou qu'il se présente, depuis Genève, comme candidat à la présidence des USA en 1996. Familier du fonctionnement des agences de presse, il fait diffuser un communiqué transmis aux journalistes à travers le monde qui, interloqués par l'incongruité de l'annonce ou friands d'une anecdote décalée, le diffusent parfois, sans pouvoir véritablement contrôler ces informations a priori aberrantes. On trouve ainsi dans un quotidien français une photographie de Motti, posant derrière un simple morceau de carton, digne d'un auto-stoppeur, sur lequel est inscrit : “Je revendique le tremblement de terre qui a frappé la région Rhône-Alpes et qui a atteint une magnitude de 4,5 à 4,8 sur l'échelle de Richter”. En légende de l'image, le journaliste ajoute, avec un degré d'ironie indécelable : “L'artiste italien s'est approprié ce phénomène naturel qui secoue les hommes et les consciences, tout comme l'art.” Gianni Motti s'est peu à peu fait expert de ces micro-dysfonctionnements médiatiques, s'insérant de manière toujours discrète au cœur du fonctionnement des médias. Invité à réaliser une performance pour l'ouverture du Kunstmuseum de Lucerne, en septembre 2000, il convainc les photographes du journal local de les accompagner pendant quelques jours lors de leurs prises de vues. Dans le journal, il apparaît alors comme figurant sur toutes leurs images, badaud insignifiant mais toujours reconnaissable à son maillot rayé, participant à une rencontre d'enseignants ou illustrant un reportage sur le recyclage des déchets. Pour qui commence à faire le rapprochement et à se demander le pourquoi de la présence de ce quidam, tout effet de réel de ces images est instantanément miné. Mais Gianni Motti connaît aussi l'art de susciter l'événement et le scandale. En 1999, à la Foire de Bâle, sa participation consiste à installer, à l'insu des organisateurs, un portrait du leader kurde Abdullah Öcalan, condamné à mort par la Turquie, sur le toit du bâtiment. Non content de cette intervention, il remplace subrepticement le drapeau suisse qui patronne cette manifestation par le drapeau kurde. Très vite, le portrait du chef du PKK est repéré et doit disparaître, sur décision du conseil fédéral. Le drapeau kurde, par contre, continuera à flotter jusqu'à la fin de la foire.
L'histoire et les motivations de cette intervention sont beaucoup plus complexes, et méritent le détour de l'anecdote, car elles sont emblématiques de la façon dont procède Gianni Motti et dont ses hauts faits se médiatisent. Tout commence en 1997, lors de la 53e session de la Commission Internationale des Droits de l'Homme, à Genève. Gianni Motti s'y présente pour y assister en tant que journaliste et, tandis que les représentants des divers pays prennent place dans l'amphithéâtre, il s'aperçoit que le siège du délégué indonésien reste vide. Alors que la séance commence, il se lève, prend sa place et se coiffe du casque de traduction simultanée. Au moment du vote de la 48e résolution concernant les minorités ethniques, il prend la parole en faveur de ces dernières, provoquant la stupeur pour certains, l'engouement pour d'autres au point que, pour marquer leur soutien au “délégué indonésien”, plusieurs pays sud-américains demandent une interruption de séance. Nul ne semble s'être étonné de son aspect ni de son accent italien. À la faveur de cette suspension, Gianni Motti en profitera néanmoins pour s'éclipser, non sans avoir demandé à la déléguée argentine de le prendre en photo “pour sa femme”. Cette photographie, seule trace de cette sidérante intervention, est l'œuvre que Gianni Motti propose deux ans plus tard pour une exposition à laquelle il est invité à participer à Genève, à l'occasion du Jubilé de la Déclaration des Droits de l'Homme. La présence de cette image fait grincer quelques dents : on ne sait si les organisateurs de l'exposition ont eu vent de l'incident auquel elle se rapporte, mais le fait est qu'il leur est impossible de laisser visible le nom du pays qui apparaît au premier plan de l'image. Qu'à cela ne tienne, Gianni Motti le recouvre d'un pudique et absurde morceau de scotch blanc. Il invite alors pour le vernissage de l'exposition un groupe de militants kurdes à manifester leur hostilité à la politique dictatoriale menée en Turquie à leur égard, bravant l'interdiction de manifester qui les frappe en Suisse. C'est un mois plus tard que Motti réitérera son action en faveur des Kurdes à la Foire de Bâle.

La vie et l'œuvre (elles ne sont qu'une, souvenez-vous) de Gianni Motti sont truffées d'anecdotes rocambolesques, dont la part d'héroïsme et de mystification est nécessairement indiscernable. L'absence de documentation, ou presque, et la façon dont se diffusent ses actions, c'est-à-dire le plus souvent par le biais du témoignage et du bouche-à-oreille, font que ces événements, tout à la fois fortuits et construits, se déforment, s'amplifient, se chargent de péripéties annexes, prennent la patine de la réalité. Gianni Motti lui-même, connaissant la valeur de la rumeur et son aspect incontrôlable, prend soin de ne pas intervenir outre mesure dans leur transmission, de ne pas trop en corriger les compte-rendus, laissant libre cours aux erreurs possibles. Si l'intervention de Gianni Motti à la Commission des Droits de l'Homme est consignée dans la publication des transcriptions du débat, seul un texte1 dans un catalogue monographique sur l'artiste en fait le compte-rendu, à destination du monde de l'art. Car Gianni Motti est artiste, et son art fascine et irrite tout à la fois le milieu de l'art qui, bien que destinataire principal de son œuvre, n'est parfois informé qu'en seconde main de ses interventions. Comme le souligne à juste titre Marc-Olivier Wahler dans un article paru en 2001 dans la revue Art Press2, le monde de l'art, face aux activités de Motti, “conserve son rôle de légitimation et d'agent constitutif de l'œuvre, mais de manière passive. (…) C'est le monde de l'art – fasciné par l'énergie de la réalité – qui réclame la légitimité des actions de l'artiste.” Dans le contexte de la prolifération d'artistes constructeurs de situations et de relations, sur-déterminant souvent une certaine posture, tous placés en file indienne sous la devise hueblerienne bien connue (“Le monde est rempli d'objets, plus ou moins intéressants. Je n'ai aucune envie d'en ajouter même un seul”), mais tous comptant, comme le constate Marc-Olivier Wahler, “sur le système de l'art pour ne pas faire faillite”, Gianni Motti occupe une place singulière.
Tout d'abord parce qu'à la différence de nombre d'artistes réalisant des performances ou du moins des actions éphémères, Gianni Motti ne vend pas, ou fort parcimonieusement, jusqu'à aujourd'hui, les vestiges de ses interventions. Ni les articles de presse, ni les photographies qui constituent sa maigre documentation, ne sont à vendre. On ne lui en voudrait d'ailleurs pas outre mesure du contraire, mais cette attitude le sépare radicalement de tous ceux qui confèrent au document un statut fétiche, faisant commerce des reliques nostalgiques du “ça-a-eu-lieu-en-vrai”. Pour autant, Gianni Motti ne fait pas de “résistancialisme” économique, et a au contraire parfaitement saisi les fonctionnements du capitalisme, de la versatilité de la valeur qui accorde une place déterminante à l'information et à ses pouvoirs d'opinion, à la dispersion de la rumeur et à la gestion de la communication.
À la production, Motti préfère toujours la discussion. Son atelier est au café, dans la lecture de la presse… Invité à exposer au MAMCO, à Genève, il n'a demandé qu'un canapé pour organiser en 1998 et 1999 les Confidential Meetings, discussions informelles avec des scientifiques, des artistes, des militants politiques…
Puisque Gianni Motti ne produit que peu d'objets, il communique sur son nom. Marc-Olivier Wahler, dans son texte, relate avec précision comment il transforma le stage d'un étudiant qui voulait devenir son assistant : il l'envoya avec l'argent de sa bourse de stage faire un tour du monde, avec pour seule mission de porter un T-shirt estampillé “Gianni Motti Assistant”, et de lui envoyer ses photos de vacances. À son retour à Paris, le jeune homme participe à une manifestation. Une photo paraît dans L'Humanité. Au centre de l'image, immanquable, le “Gianni Motti Assistant”. De ce hasard médiatique, Motti va développer un mode de communication, et dès lors, les assistants et assistantes de l'artiste se multiplient, sont de tous les événements : ils manifestent à Gênes, envahissent les matchs de football en Espagne, conduisent des taxis à New York… Dans certains cas, le secret dépasse en efficience la diffusion d'information : générer la frustration pour susciter l'attention. Organiser par exemple une performance, où seules les femmes sont autorisées à assister, et à qui on demandera de garder le secret sur ce à quoi elles ont participé.3
Le territoire de prédilection de Gianni Motti reste toutefois celui des médias, qu'il arpente comme un terrain de jeu, s'amusant de cette citadelle soi-disant imprenable qu'il cherche sans cesse à piéger gentiment, non pour la mettre à bas, mais pour y faire des tentatives, en éprouver la résistance, en tirer quelques bénéfices personnels… On peut lire ainsi comme une relecture du Wave Goodbye to Grand Ma d'Allen Ruppersberg le Ciao Mamma de Gianni Motti, sauf qu'il ne s'agit plus de l'espace du paysage, dont Ruppersberg moque un certain type d'intervention artistique “in situ”, mais d'un espace strictement médiatique (un match de basket retransmis sur Canal +) que Motti détourne pour faire passer un message (inscrit sur un panneau publicitaire juste derrière un des paniers du terrain) adressé à un unique destinataire. Plus récemment, il prend au mot une émission de Paris Première censée donner la tendance des nuits parisiennes. Il sera donc de tous les endroits où il faut être, se retrouvant sans cesse devant la caméra, tapant sur l'épaule des stars, buvant avec des filles de rêve… et illustrant au premier degré, avec la vulgarité qui convient, les avatars de l'axiome warholien. La blague ne s'adresse qu'au milieu de l'art, renvoyant à celui-ci l'image qu'il escompte d'un artiste putassier et dilettante, bon vivant et goguenard.
Mais il ne suffit pas de passer à la télévision, il faut aussi la faire payer. À Berlin, en 1999, alors qu'il prépare une exposition, les jeunes critiques d'art qui l'invitent sont les victimes d'un fait divers singulier. Un cambrioleur, venant de braquer une banque à proximité, fait irruption chez elles et les menace d'un revolver pour se cacher un moment. Après quelques heures de cette prise d'otages inopinée, il disparaît. Gianni Motti saisit alors l'occasion d'orchestrer la médiatisation de cet événement, contacte la presse, et négocie les droits de reconstitution de la scène avec un hebdomadaire et une chaîne de télévision. Il finance ainsi l’exposition et diffuse le reportage comme l’une de ses œuvres. Sa riposte à l'information-spectacle consiste à ne retransmettre que le spectacle de l’information.
Les interventions de Gianni Motti ne se placent jamais sur un terrain moral : qu'il s'inscrive dans le champ du politique, du fait divers ou du pur divertissement, il s'agit davantage pour lui de se saisir d'une situation, et d'y introduire une distorsion, un déplacement, par-delà le bien et le mal, en prenant la réalité au mot. Lorsqu'il se place sur le terrain de l'art, ses interventions visent à provoquer un léger décalage des horizons d'attente, mais aussi à mettre en évidence certains fonctionnements, à ironiser sur certaines situations convenues, en se situant toujours aux limites du scabreux. À la veille de son exposition à la galerie Jousse Entreprise à Paris en octobre 2001, Motti se demandait encore comment faire venir une délégation afghane à son vernissage. Quelque temps auparavant, il avait déjà réuni sans qu'on sache comment ni pourquoi une chorale anarchiste, une danseuse du ventre et des membres prosélytes de la secte des Raëliens au milieu d'un vernissage d'exposition, créant une atmosphère de chaos absurde. De même, son goût pour le paranormal, la voyance, la télépathie ou la prestidigitation, qu'il déplace dans le champ artistique comme pour souligner l'irrationalité de ce dernier (déléguer l'accrochage des œuvres d'une exposition à une voyante, apprendre la magie auprès d'un illusionniste…). Motti joue avec la figure d'un artiste manipulateur de l'invisible, garant du mystère de la création, et caricature cette posture en recourant à un paranormal de music-hall, posant par exemple, dans une de ses photographies, en lévitation au-dessus d'un paysage de montagne.
Lorsqu'il s'agit d'aborder la partie commerciale de son travail, Gianni Motti recourt parfois à des méthodes de moralité douteuse, de la même manière que Maurizio Cattelan a pu dans certains cas recourir au vol, au plagiat éhonté, ou à la dérobade en forme de pirouette… Pas davantage que chez Cattelan, il ne s'agit d'une réflexion théorique sur l'appropriation ou d'un commentaire post-moderne sur l'incapacité à produire du nouveau4, mais d'une logique de bon sens mâtinée d'humour sarcastique. Invité à réaliser une exposition personnelle dans une galerie, il fait envoyer un carton d'invitation où figurent une douzaine de célèbres noms d'artistes, de Ugo Rondinone à Sylvie Fleury… Réactions de curiosité de la part du public, inquiétude et suspicion de la part des artistes sus-nommés et surtout de leurs galeries respectives : l'exposition consiste en fait en une série de photographies où Gianni Motti est représenté en situation d'assistant dans des expositions, pour lesquelles il participe au montage de certaines œuvres. On le voit donc peindre un mural de Lily van der Stokker ou de Robert Barry, finir de disposer les éléments d'un autel de Thomas Hirschhorn, etc. Si Gianni Motti use à l'évidence, avec une sympathique malhonnêteté, de la notoriété de ses collègues pour faire la promotion de son exposition, il rend aussi une forme de valeur au travail, rendant visible cette forme de délégation du travail artistique qui, d'une part, démystifie l'image de l'artiste en artisan, et de l'autre mythifie Gianni Motti en humble serviteur de l'art qui, pour survivre, travaille pour les autres. Sans aucun pathos, toutefois : le titre de l'ensemble des photographies, Cushy Job (que l'on traduira par “boulot peinard”), renvoie aussi bien à cette condition d'ouvrier de l'art (pas un vrai métier, mais un job intermittent) qu'à la production des œuvres en elles-mêmes (les photographies étant d'ailleurs le plus souvent prises par les artistes dont Motti est en train de fabriquer l'œuvre). Bref, sans révolte ni critique d'un système ni d'une économie de l'art, Gianni Motti rend d'une manière détournée une certaine justice au travail, tout en maintenant l'image du dilettante que l'on aime à retrouver chez l'artiste post-duchampien et post-broodthaersien.
Voleur et justicier, Gianni l'est encore lorsqu'il subtilise dans les réserves d'une institution le reliquat d'une pile d'affiches de Felix Gonzalez-Torrès5. Les contrats de ces œuvres précisent qu'une fois la pile présentée dans le cadre d'une exposition, les affiches peuvent être emportées par les visiteurs, mais à l'issue de cette exposition, le stock éventuel doit être détruit et ne peut être réutilisé. Ne voulant croire ou se résoudre à cette impossibilité a priori contradictoire avec la politique du don et de la perte prônée par Gonzalez-Torrès, Gianni Motti s'est emparé de l'affiche pour en faire une de ses œuvres, elle aussi éphémère et destinée à s'essaimer6, se contentant d'y ajouter, d'un passage en sérigraphie, le laconique commentaire “Thank you”. Le “merci” ironique du voleur se mêle ici à l'hommage à l'artiste. Gianni Motti, cette fois grimé en Vengeur Masqué, vole au musée pour redonner aux gens, et rend raison à l'œuvre aux dépens de ses protocoles institutionnels.
Ce faisant, il réduit les coûts et la dépense d'énergie pour optimiser le rapport d'efficacité de son intervention, tout en évitant la gestion et les frais de maintenance des stocks : artiste du Zéro Stock, Gianni Motti illustre bien cette devise qui lui avait été attribuée par un journal colombien7, et qui, du statut de slogan politique, pourrait devenir son programme économique : “Nada por la fuerza, todo con la mente”.

1 Anaïd Demir, in Gianni Motti, collection Cahiers d'artistes, éditions Pro Helvetia, Genève, 1999.
2 Marc-Olivier Wahler, “Gianni Motti, au-delà du réel”, in Art Press n° 268, Paris, mai 2001, pp. 45-50.
3 Soirée Prospect, Centre national de la photographie, Paris, 8 juillet 1998.
4 cf. texte d'Elisabeth Wetterwald dans ce même numéro sur l'œuvre de Cattelan
5 L'affiche est une collaboration de Felix Gonzalez-Torrès avec Louise Lawler. Au centre d'une large feuille blanche, figure la reproduction d'une image découpée dans la presse, un missile américain s'écrasant juste après son décollage, dans des volutes impressionnantes de fumée blanche. Cette image est légendée par les artistes de la sobre mention “Beautiful”.